Chapitre 2. 

Une explication aux troubles nerveux fonctionnels


Manies, tics, bégaiement, insomnie, migraine, troubles digestifs, de l’alimentation, allergies, anxiété, spasmophilie, TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs), énurésie, manque de concentration, THADA (Trouble de l’Hyperactivité avec Déficience de l’Attention), troubles du comportement, échec scolaire, syndrome dépressif, dyslexie, dysorthographie, perte de mémoire, instabilité, angoisse, phobies, etc…, autant de troubles pour lesquels il n’est pas trouvé de cause organique et dont les traitements médicamenteux s’avèrent souvent délicats et peu efficaces.
Dès ses premières recherches, Georges QUERTANT avait émis la thèse, largement confirmée par les toutes dernières découvertes de la neuro-physiologie, que l’origine de la plupart de ces troubles fonctionnels était le dérèglement des centres nerveux régulateurs de la base du cerveau (hypothalamus, formation réticulée, etc…) avec effet sur les 3 modes de vie : sensori-moteur, végétatif et psychique.
Ces perturbations fonctionnelles peuvent survenir soit par prédisposition héréditaire, soit par surmenage ou soit par agression répétitive (stress).
Un pourcentage croissant de la population présente des troubles fonctionnels sans substrat organique somato-psychiques et psycho-somatiques. Ces sujets, sains de corps et d’esprit, donc n’étant pas des malades, ne bénéficient pas des progrès de la médecine. Ils restent lourdement handicapés dans leur vie psychologique, dans l’épanouissement de leur personnalité et dans leur capacité à s’intégrer dans la vie sociale.

Page en construction

267133 visiteurs